e-feuillage

Graines d'essence-ciel pour le corps, le coeur et l'esprit

Merci à la gratitude !

 

 

Dans un monde souvent rempli de violences, de souffrances et d’injustices, il est parfois facile de se laisser aller au cynisme et au désespoir. Les Français ont d’ailleurs la triste réputation d’être des champions en ce domaine.

Pourtant, exprimer sa gratitude serait l’un des moyens les plus faciles et les plus efficaces pour augmenter son niveau de bonheur, de façon significative et durable.

« La gratitude libère la plénitude de la vie. Ce que nous avons, elle le rend suffisant, ou plus. Elle transforme le refus en acceptation. Elle fait d’un simple repas un festin, de notre maison un foyer, d’un étranger un ami.  » (Melody Beattie).

Les bienfaits de la gratitude

En fait, la scientifique Sonja Lyubomirsky a même démontré que le fait de demander à un groupe de personnes de faire la liste, une fois par semaine, de 5 choses pour lesquelles on est reconnaissant, élève le niveau de bonheur de 25%.

N’est-ce pas énorme ? Combien d’anti-dépresseurs peuvent-ils se targuer d’obtenir de tels résultats, et sans aucun effet secondaire ?

Les études montrent que la gratitude :

  • Augmente le niveau de bonheur de 25%.
  • Est bonne pour notre santé : davantage d’énergie, moins de maux de tête, réduction de l’anxiété et de la dépression.
  • Améliore le sommeil.
  • Augmente notre intelligence émotionnelle.
  • Augmente la capacité à pardonner.
  • Nous permet de nous sentir connectés socialement.

Les pensées négatives

Les chercheurs estiment que nous avons environ 60000 pensées par jour. 95% de ces pensées seraient les mêmes qu’hier, et 80% d’entre elles sont des pensées négatives automatiques !

La négativité nuit à la qualité de votre vie. Retenez ceci, si vous trouvez des raisons authentiques de remercier, d’apprécier, de vous sentir reconnaissants pour tout ce qui va bien dans le monde ou dans votre vie, et concentrez votre attention là-dessus, les statistiques montrent que vous vous en porterez beaucoup mieux.

« Notre vie est modelée par notre esprit. Nous devenons ce que nous pensons. » (Bouddha)

Comment utiliser un « journal de gratitude »

Pour faire en sorte que le le fait de tenir un journal de gratitude porte réellement ses fruits, le Dr. Robert Emmons, professeur à l’Université de Californie, partage les conseils suivant :

  • Ne le faites pas de façon mécanique.  Les études menées par Lyubomirsky suggère que tenir un journal de gratitude est plus efficace si votre motivation à le faire provient d’une décision consciente de votre part de devenir plus heureux et plus reconnaissant. Faire la liste de vos « kifs » ou de vos « merci » ne doit a pas être une activité simplement mécanique ou pire, une corvée de plus à accomplir. Ne perdez pas de vue votre intention. N’hésitez pas non plus à vous imprégner du sentiment et de l’émotion ressentie.
  • Allez en profondeur. Le fait de donner les détails au sujet de d’une chose pour laquelle vous vous sentez reconnaissant apporte davantage de bénéfices qu’une simple liste superficielle de nombreuses choses.
  • Privilégiez l’humain. Le fait de se concentrer sur les gens plutôt que sur les choses matérielles aurait davantage d’impact positif.
  • Tentez la « soustraction », pas seulement l’addition. Une façon efficace de stimuler le sentiment de gratitude serait de réfléchir à la façon dont votre vie serait différente SANS certaines choses ou personnes.
  • Savourez les surprises. Essayez de noter les événement inattendus ou surprenants, qui tendent à générer des sentiments de gratitudes encore plus élevés.
  • N’en faites pas trop. Ecrire de façon occasionnelle (1 ou 2 fois par semaine) semble être plus bénéfique que de s’astreindre à écrire chaque jour. Notre esprit s’adapte rapidement aux événements positifs, et si nous nous concentrons trop sur le journal de gratitude, l’effet positif est moins puissant. « Cela semble contre-intuitif mais c’est ainsi que le cerveau fonctionne », dit Emmons.

Il n’y a pas d’heure ni de moment idéal pour écrire dans son cahier, mais la plupart des gens choisissent de le faire soit le matin au réveil, soit le soir avant de s’endormir. De même, le support n’est pas si important. Inutile d’investir dans un magnifique cahier, sauf si cela vous fait vraiment plaisir. (Personnellement, j’ai plaisir à ouvrir un cahier que j’aime, personnalisé, et à utiliser un stylo qui me donne envie d’écrire.)

Pourquoi cela fonctionne-t-il ?

Une petite partie de votre cerveau, appelée la formation réticulaire (Reticular Activation System ou ARS), située dans le tronc cérébral, détermine le filtre au travers duquel vous allez percevoir le monde.

Par exemple, avez-vous déjà observé que lorsque vous achetez (ou vous apprêtez à acheter) une nouvelle voiture, vous allez commencer à en voir également partout autour de vous, que vous n’auriez pas remarquées auparavant ? Ou encore si vous êtes blessé et portez des béquilles, vous allez remarquez tous ceux qui sont dans la même situation que vous ? Ou si vous êtes enceinte, vous ne tarderez pas à voir des femmes enceintes partout autour de vous.

Le système réticulaire peut ainsi devenir votre allié si vous le dirigez et le guidez de la bonne façon. Lorsque vous notez sur un cahier les choses pour lesquelles vous vous sentez reconnaissant, vous programmez ainsi votre esprit à rechercher les activités et les choses qui améliorent votre vie.

Vous construisez ainsi de nouveaux réseaux neuronaux, dirigés vers les actions et les résultats positifs, qui vont augmenter votre sentiment de bien-être et de bonheur.

Vous faites en sorte que votre système réticulaire travaille pour vous, et non plus contre vous. Vous programmez votre cerveau à se concentrer sur les choses positives. Vous programmez votre cerveau à ressentir de la gratitude.

La gratitude nous aide dans les moments difficiles

Les adeptes de la psychologie positive ont parfois été critiqués pour n’avoir pas su reconnaitre la valeur des émotions négative. Nier que la vie puisse être aussi faite de déceptions, de déconvenues, de pertes, de frustrations et de tristesse serait totalement irréaliste et malvenu. Chaque vie contient son lot de souffrances, et certaines personnes il est vrai semblent même en avoir davantage que d’autres.

Dans ces cas-là dire simplement aux gens de faire la liste des choses pour lesquels ils se sentent reconnaissant pourrait sembler cruel et irréaliste.  Pourtant, digérer et traiter les événements douloureux d’une vie à travers le filtre de la gratitude ne consiste pas à renier la négativité. Plutôt, il s’agit de réaliser le pouvoir transformateur de la souffrance et des embûches. Il s’agit de voir l’opportunité derrière l’obstacle, de recadrer la perte en gain potentiel, de transformer le compost en engrais porteur de vie.

Dans ces cas-là il peut sembler difficile et contre-intuitif de ressentir de la gratitude. Le Dr. Emmons suggère de se poser les questions suivantes à propos d’un événement négatif passé :

  • Quelles leçon cette expérience m’a-t-elle apprise ?
  • Puis-je trouver aujourd’hui des raisons d’être reconnaissant pour ce qui s’est passé, même si ça m’était impossible au moment où ça s’est passé ?
  • Qu’est-ce que cette expérience m’a appris sur moi que je ne savais pas ?
  • Comment suis-je devenu un peu plus qui je suis à cause de cette expérience. Est-ce que mes émotions négatives m’ont empêché à l’époque d’apprécier ce qui m’arrivait ?
  • Est-ce que l’expérience a supprimé un obstacle personnel qui m’empêchait d’éprouver de la gratitude ?

Dans la vidéo ci-dessous (en anglais), le Dr. Emmons évoque les difficultés et à éprouver de la gratitude :


 

Florence Servan-Schreiber

Si vous désirez aller plus loin, je vous conseille la lecture du livre de Florence Servan-Schreiber : 3 kifs par jour (et autres rituels recommandés par la science pour cultiver le bonheur).

Formée à la psychologie transpersonnelle en Californie, cette journaliste, diplômée de la JFK University a été parmi les premières à enseigner la programmation neuro-linguistique en France dans les années 1980. Chantre de la psychologie positive, elle applique aujourd’hui les découvertes scientifiques de la psychologie à la recherche du bonheur et du bien être.

Dans cette vidéo (en français), elle évoque le pouvoir de la gratitude :

De quoi êtes-vous reconnaissant ?

« De quoi suis-je reconnaissant ? » Cette question, toute simple, a le pouvoir de transformer nos vies. N’est-ce pas déjà un peu magique ?

 


Vous avez apprécié la lecture de cet article ? Laissez-moi votre adresse email pour être prévenu quand un nouvel article sera publié sur le site.
(Votre adresse reste confidentielle et en sécurité - Pas de spam. Désinscription possible à tout moment d'un simple clic)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *